L’ignoble calvaire d'animaux de cirque en Russie

Le prestigieux cirque d’Etat de Saint-Pétersbourg fait la une de l’actualité mais pas pour la beauté de ses spectacles.
Photos Dimitry Lovetsk

En effet, l’association Vita de protection des animaux russes tire la sonnette d’alarme car les animaux à la retraite, ayant fait les heures de gloire de ce cirque, sont cruellement traités.

Ainsi l’ours Katya âgée de 36 ans, est installé dans un bus abandonné au cœur d’une décharge à Saint-Pétersbourg. Son espace vital se réduit à une cage minuscule d’une surface de deux mètres carrés dans laquelle elle saute continuellement (voir la vidéo), devenue folle. Katya l’ours était une star de longue date du Cirque d’Etat de Saint-Pétersbourg où, nuit après nuit, elle et un autre ours roulaient à motos autour d’un anneau. En 1980, Katia faisait l’ouverture des Jeux Olympiques de Moscou, sous des tonnerres d’applaudissements.

cirque_russie_2011_1.jpgLes autres animaux du cirque ne sont pas mieux lotis car des dizaines d’autres animaux du cirque vivent également dans les cages exiguës dans le bus et une fourgonnette stationnée à proximité. Ainsi un ours nommé Klava partage une petite cage avec Pacha le sanglier. Des oiseaux avec des muscles atrophiés vivent à côté de chats qui ne miaulent plus, les yeux infectés de pus. Zoya Afanasyeva, de l’association Vita, explique: “Dans ce bus et ces cages, il n’y a pas d’aération et les animaux étouffent de chaleur. Les animaux ne peuvent pas se déplacer normalement et commencent à devenir fou. Apparemment, quelqu’un vient les nourrir, mais pas plus d’une fois par jour et ce passage est négligé parce que l’odeur qu’il y a dans le parking est insupportable”.

Viktor Savraso, directeur du cirque, assure que les animaux sont encore soignés et nourris, expliquant que s’il n’y a pas de spectacle en cours, les membres de la troupe s’occupent des animaux, même si ceux-ci sont contraints de rester en cage.

Pendant la fête le public accourt pour son plaisir mais lorsqu’il s’agit de savoir comment les animaux sont réellement traités, en coulisses, les yeux et les cœurs se détournent de ces images qui dérangent.

Les associations russes de défense des animaux ont fort à faire pour que les mentalités et les lois changent dans leur pays. Mais ne jetons pas la pierre à la Russie, il fut un temps où en France on traitait ainsi les animaux puis les mentalités ont évolué et quelques lois furent édictées pour les protéger. Mais la France aussi un jour grimpera encore d’une marche vers une meilleure civilisation en interdisant purement et simplement les spectacles avec des animaux sauvages comme l’ont déjà fait plusieurs pays et tout dernièrement l’Angleterre, pays où est pourtant né le cirque moderne.

Publié le: 
04/08/2011